La CGT et la 1er Guerre Mondiale.

A la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France le 3 août 1914, la CGT abandonne ses positions contre la guerre. A la théorie de la grève générale contre la guerre suit l’Union Sacrée « tous pour défendre la patrie ». Un des fervent opposant à la guerre, Jean Jaurès, dirigeant socialiste et directeur de l’Humanité est assassiné à Paris le 31 juillet 1914.

Le Petit Méridional (journal républicain du 4 août 1914) indique que le bureau de l’Union locale de Montpellier des syndicats confédérés s’est rendu à la mairie et a fait au maire la déclaration suivante : « Au nom de l’Union locale des syndicats confédérés nous déclarons qu’après avoir fait tout notre possible pour éviter la guerre, le fait étant accompli, nous mettons à votre disposition tous les moyens moraux et matériels dont dispose notre organisation pour organiser la vie de la cité ».

Dans la même édition « … à la gare PLM (de Montpellier) les trains de voyageurs civils sont complètement suspendus jusqu’à nouvel ordre… à Béziers la mobilisation s’opère avec ordre et méthode. Nos rues sont envahies par des réservistes territoriaux qui, au chant de « La Marseillaise », regagnent fièrement leur campement. C’est avec entrain que nos meilleurs enfants , partent pour l’armée… L’élan est admirable. Tous les cœurs battent à l’unisson… la ville présente une animation extraordinaire ».

Lors de cette mobilisation, le pouvoir a constaté que les refus d’incorporation atteignent à peine 1 % alors qu’il attendait de 12 à 13 % de refus de la part des conscrits. C’est donc la « fleur au fusil » que la majorité s’en va au front. Mais rapidement la guerre s’avère dévastatrice en vies humaines.

Dans la CGT, dés le début du conflit, une opposition, certes minoritaire, existe en contradiction avec la ligne prônée par le secrétaire général Jouhaud. Elle se « groupe autour de La Vie Ouvrière et de la fédération des Métaux ». A la conférence nationale des Fédérations, Unions et Bourses du travail du 15 août 1915 à Paris, Merrhein (secrétaire de la Fédération des métaux) et Bourderon (secrétaire de la Fédération du tonneau) proposent une résolution qui stipule que si la CGT avant été « impuissante à empêcher la guerre » il était « quand même du devoir de la CGT de travailler de toutes ses forces à une rapide conclusion de la paix ».

Ces deux camarades participent à une réunion de militants socialistes pour la paix à Zimmerwald en Suisse du 5 au 8 septembre 1915 qui se termine par un appel à l’action pour la paix. A signaler que la CGT et la SFIO (socialistes), engagées officiellement dans le soutien au conflit, ne sont pas invitées.

Une conférence nationale de la CGT se tient à Paris les 24 et 25 décembre 1916 avec un débat sur « l’attitude et l’action du comité confédéral pendant le guerre. » Les prises de positions de ce dernier ont été approuvées par 31 Fédérations, 26 Unions départementales et 42 Bourses du travail soit un total de 99 structures. 6 Fédérations, 8 Unions et 12 Bourses du travail ont voté contre (26 organisations). 8 organisations se sont abstenues et 4 n’ont pas pris part au vote. Ce qui fait que même si la majorité approuve l’attitude du comité confédéral pendant la guerre, prés d’un tiers des structures n’approuvent pas, sous différentes formes, les positions confédérales. D’ailleurs, au cours des mois qui suivent, la situation va obliger la confédération à convoquer une nouvelle conférence extraordinaire à la fin de l’année 1917.

A ce moment les prix augmentent de façon considérable ce qui va provoquer un développement des grèves. Il faut aussi signaler l’arrivée massive des femmes dans la production pour remplacer les hommes qui sont au combat et qu’elles ne sont pas les dernières à s’engager dans l’action. A partir de 1916-1917 des scènes de fraternisation entre combattants ont lieu ainsi que des mutineries ce qui entraine ce qu’on appellera les « fusillés pour l’exemple ». Ils seront plus de 800.

Deux autres éléments importants vont marquer les esprits. Tout d’abord la première révolution Russe, en février 1917, avec l’arrivée au pouvoir du socialiste Kérenski. La CGT va accueillir positivement cette révolution et elle aura un très grand écho dans tous les pays en guerre. Ensuite, en octobre 1917, aura lieu la deuxième révolution Russe qui verra l’arrivée des Bolchéviks de Lénine (communiste) au pouvoir. Ils déclarent la paix au monde et cette nouvelle aura un impact favorable dans de nombreux pays et en Allemagne en particulier. La CGT, par la voix de son secrétaire général Jouhaud, est farouchement contre. Dans la CGT apparaît une minorité qui va soutenir la révolution Bolchévik et un début de fracture. La conférence extraordinaire des Fédérations nationales, Unions et Bourses du travail tenue à Clermont-Ferrand les 23, 24 et 25 décembre 1917 va cristalliser une partie de ces débats. Il faut signaler la présence à cette conférence du l’Union départementale de l’Hérault et des Bourses du travail de Cette et de Béziers. La minorité présente un résolution précisant : « La formule d’union sacrée ne peut-être qu’une dérision, puisque l’antagonisme de classe est aussi patent en temps de guerre que pendant la paix… La révolution Russe a soumis à tous les gouvernements des pays en guerre des propositions qu’elle approuve : paix générale sans annexion, sans contribution, droit absolu pour les peuples à disposer d’eux même… Elle regrette avec la même force la hautaine attitude de ces même gouvernements se concertant s’opposer à toutes concessions aux exigences légitimes des Soviets… ». D’ailleurs dés l’armistice du 11 novembre 1918 une partie des troupes est envoyée contre le gouvernement des soviets.

A l’issue du conflit qui prend fin, lors de la signature du traité de Versailles en 1919, de nombreuses luttes vont se développer et la CGT va considérablement se renforcer incluant aussi l’arrêt de la guerre contre les soviétiques Mais la 1er guerre mondiale c’est 1,4 millions de morts et disparus, 4,9 millions de blessés laissant 700 000 veuves et 1 million d’orphelins. Sans parler des nombreuses destructions matérielles que laisse le conflit dans les zones de guerre.



Répondre

MAYACAT-ESOTERISME |
et l'école renaîtra |
Cérelles C'est Vous ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carbet-Bar
| roller-coaster x
| bienvenue sur elyweb.unblog.fr